Un toponyme des Îles-de-la-Madeleine, coup de cœur de la Commission de toponymie

Un toponyme des Îles-de-la-Madeleine, coup de cœur de la Commission de toponymie

La Commission de toponymie a été séduite par un phare de la région des Îles-de-la-Madeleine : Phare du Borgot.

Crédit photo : Phare du Borgot / Mélissa Gervais, Ministère de la Culture et des Communications

Lors de la journée de la Saint-Valentin, la Commission de toponymie a été séduite par douze noms de lieux québécois, dont l’un désigne un phare de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine : Phare du Borgot.

Situé sur l’île du Cap aux Meules, le phare du Borgot, construit en 1874, porte le nom de l’instrument de signalisation sonore d’aide à la navigation, le borgot. En français acadien, ce mot désigne en effet une corne de brume ou tout autre instrument en forme de cornet servant à amplifier le son.

Le 17 janvier 2006, la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine a attribué un statut légal de protection au phare du Borgot et l’a cité comme immeuble patrimonial.

Les membres de la Commission ont également eu le coup de foudre pour l’un des coups de cœur toponymiques : Parc des Bourragans. Ce nom désigne un parc public situé dans l’arrondissement de Ville-Marie, à Montréal, plus précisément dans l’ancien faubourg Québec. Au XIXe siècle, on désignait les habitants de ce faubourg par le gentilé Bourragans, probablement en raison du tissu servant à confectionner les vêtements qu’ils portaient.

Faits saillants

En 2018, la Commission de toponymie a été séduite par un toponyme de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine : Phare du Borgot. Les douze toponymes qui ont séduit la Commission désignent des lieux situés dans dix municipalités de neuf régions administratives du Québec. Il s’agit de : Chemin du Petit-Canot, Rivière-à-Pierre (Capitale-Nationale); Étang du Castor Errant, Ham-Nord (Centre-du-Québec); Parc de la Coulée-Verte, Saint-Lambert (Montérégie); Parc des Bourragans, Montréal (Montréal);   Parc Palomino-Brind’Amour, Montréal (Montréal); Phare du Borgot, Les Îles-de-la-Madeleine (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine); Place Abinan, Gatineau (Outaouais); Place des Tisserandes, Montréal (Montréal); Pointe Irqatarvik, Ivujivik (Nord-du-Québec); Rue de la Cabinetterie, Saint-Jean-sur-Richelieu (Montérégie); Ruisseau de Feu, Terrebonne (Lanaudière); Vieille gare du Papier, East Angus (Estrie).

Les coups de cœur toponymiques 2018 ont été sélectionnés parmi les quelque 1 600 toponymes officialisés par la Commission en 2017. Ces noms de lieux se sont démarqués, entre autres, par leur originalité, leur valeur poétique, leur capacité à inspirer des images fortes et riches, et leur contribution à la promotion du patrimoine culturel. Depuis 2013, la Commission fait connaître chaque année ses douze coups de cœur toponymiques afin de souligner la richesse de la toponymie du Québec. Elle met aussi en valeur le toponyme pour lequel elle a eu un coup de foudre en remettant une plaque honorifique à l’administration de la municipalité où se trouve le lieu qu’il désigne.

Découvrez les douze coups de cœur toponymiques dans le site Web de la Commission de toponymie à l’adresse www.toponymie.gouv.qc.ca. (Source Commission de toponymie du Québec)