Plan de mobilité durable libéral :  » Un plan de désertification des régions « 

Plan de mobilité durable libéral :  » Un plan de désertification des régions « 

Crédit photo : Coalition pour l'avenir du train en Gaspésie.

Le député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle, responsable de la région de la Gaspésie–Îles, Sylvain Roy, qualifie le plan de mobilité durable des libéraux, de « plan de désertification des régions ».

«Le ministre des Transports et son gouvernement libéral démontrent et définissent clairement leur approche centralisatrice urbaine. L’ensemble des investissements iront dans les grandes villes et cela au détriment des régions. Les libéraux atrophient littéralement la capacité de nos citoyens ruraux à se déplacer», précise le député.

Le député de Bonaventure est outré par la déclaration du ministre des Transports lors de son entrevue de mardi au micro de Mario Dumont. André Fortin a déclaré : «C’est réellement une politique qui s’adresse à tout le monde, également le milieu rural. Quand on parle d’amélioration des chemins de fer d’intérêt local, ça l’a (sic) un impact sur comment on se rend vers la ville…».

« Ce que le ministre a déclaré, c’est une preuve que le Parti libéral du Québec revient aux sources et désire toujours vider les régions. Mario Dumont l’a ensuite confronté en précisant que la détérioration des transports en Gaspésie s’est accentuée sous le régime libéral, ce à quoi le ministre a acquiescé pour ensuite faire jouer sa cassette. C’est un retour en arrière, ironiquement le plan de mobilité durable 2030 porte le titre : transporter le Québec vers la modernité. On n’a même pas le train ! Visiblement, la Gaspésie ne fait pas partie du Québec pour les libéraux», fustige Sylvain Roy.

Le porte-parole de l’opposition officielle, responsable de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine conclut que l’annonce de cette semaine n’est rien de plus qu’une opération partisane qui a pour but de séduire l’électorat libéral montréalais. Il doute que les libéraux réparent le rail gaspésien à la même vitesse que les investissements en transports en commun promis à Québec et Montréal. (Source: Député Sylain Roy)