Le PDG de Gastem à la barre des témoins

Le PDG de Gastem à la barre des témoins

Le PDG de Gastem, Raymond Savoie, a passé la journée à la barre des témoins.

Crédit photo : L’Écho de la Baie – Frédéric Durand

JUDICIAIRE. La seconde semaine du procès opposant l’entreprise d’exploration pétrolière Gastem et la Municipalité de Ristigouche-Sud-Est a débuté aujourd’hui avec le témoignage du PDG de Gastem, Raymond Savoie.

Durant son témoignage, M. Savoie a expliqué les démarches que l’entreprise avait faites, sur une période d’environ deux ans, pour se préparer à faire le forage exploratoire à Ristigouche-Sud-Est.

Selon lui, plusieurs délais ont été rencontrés, d’abord pour l’obtention du permis, un procédé qui prenait ordinairement environ un mois et qui en aurait pris plutôt six cette fois, en raison du contexte de méfiance de l’époque face au gaz de schiste, a-t-il expliqué.

Puis, la Municipalité a adopté son règlement le 5 mars 2013, alors que l’entreprise espérait pouvoir forer à compter d’avril ou mai. « La plateforme était construite, mais nous n’étions pas prêts à forer », dit-il, avouant avoir été pris par surprise par l’adoption de ce règlement, alors qu’il n’en avait pas été informé.

L’adoption du règlement par la Municipalité l’a incité à se retirer. « Nous sommes partis parce que la réalisation d’un projet d’exploration devenait impossible. Il faut un consensus, un appui social. C’est vrai que la Municipalité n’avait pas de juridiction légale, mais elle a juridiction sur son territoire », a-t-il commenté.

Devant la possibilité de simplement changer le lieu du forage, Raymond Savoie a expliqué qu’il aurait fallu recommencer tous les travaux : études, plateforme, etc., ce qui aurait pu prendre un an.

En contre-interrogatoire, l’avocat de la défense, Me Jean-François Girard, a notamment questionné M. Savoie sur les états financiers de Gastem, de même que la nature et le fonctionnement des présentations faites à la Municipalité, le 6 octobre et le 22 novembre 2011. « On veut comprendre le fonctionnement de la compagnie, savoir pourquoi ils ont quitté après l’adoption du règlement, et on a eu des réponses », souligne-t-il.

La poursuite a donc terminé de présenter sa preuve. Ce sera demain au tour de la défense de faire entendre ses premiers témoins.