Un nouveau quai à Percé : un « cadeau de Grec »?

Un nouveau quai à Percé : un « cadeau de Grec »?

Crédit photo : Alain Lavoie

(Commentaire en relation avec l’article de Geneviève Gélinas, « Un nouveau quai à Percé d’ici 2020 », Le Soleil, 12 juillet 2018.)

Est-ce vraiment une bonne affaire que de voir le gouvernement du Québec s’approprier un quai comme celui de Percé que cherche à se débarrasser le gouvernement du Canada? À long terme, ce genre de transfert par le fédéral de ses infrastructures coûteuses comme les ports et les quais vers le provincial et le municipal est questionnaire, voire inquiétant.

En cette période de changements climatiques où les quais exposés directement à la mer et à la fureur de ses tempêtes de plus en plus fréquentes et désastreuses, il est à parier qu’un quai qui avait une durabilité de 20, 30 ou 40 ans en sera réduit dans un proche avenir à une plus courte vie de 10 à 15 ans.

Et, une fois que la propriété d’un quai n’appartiendra plus au fédéral (Pêches et Océans Canada ou Transports Canada), qui paiera les coûts pour les restaurations futures de ce quai? Avant d’accepter ce genre de « cadeau de Grec », les autorités provinciale et municipale ne devraient-elles pas avoir l’assurance d’une garantie de financement fédéral non seulement pour une première restauration, mais aussi pour les restaurations futures. Sinon, on peut conclure que le fédéral est présentement sur la voie de faire une bonne affaire au détriment des autorités provinciale et municipale.

Jean-Marie Fallu, Gaspé