L’église de Bonaventure s’illumine

L’église de Bonaventure s’illumine

L’illumination de l’église de Saint-Bonaventure donne un nouveau cachet à ce bâtiment construit à partir de 1855 et inauguré en 1860.

Crédit photo : Gracieuseté

ÉGLISE. C’est à l’instigation de François Cayouette, président des entreprises PEC de Bonaventure, que le projet d’illumination de l’église de Bonaventure a pu être mené à bien.

Le projet trottait dans la tête de Gildas Forest, l’entrepreneur qui a construit le recouvrement de pierres de l’église, depuis la fin des années 1960, raconte le président de la Fabrique Médor Doiron. « Initialement, c’est Gildas Forest qui avait eu cette idée. Il a toujours rêvé de ce projet », indique-t-il.

Puis, l’année dernière, le centenaire a rencontré M. Cayouette et lui a fait part de son idée. « Ce patriarche a rencontré mon frère et lui a demandé s’il pourrait s’occuper de ce projet pour mettre en valeur l’église, raconte Guy Cayouette. Pour François, qui est en pré-retraite, c’était l’occasion de faire un legs à sa communauté. »

Au départ, le financement de 60 000 $ devait se faire à 50-50 entre la Fabrique et les Entreprises PEC et autres partenaires financiers. « La campagne de financement a tellement bien marché qu’on devrait finalement le financer à plus de 60 % », indique Guy Cayouette, vice-président et directeur général de l’entreprise.

Le résultat final satisfait tout le monde. « On trouve ça extraordinaire. Les gens trouvent ça époustouflant. On peut dire mission accomplie. C’est une église patrimoniale, située sur la 132 alors on la voit de loin », commente Médor Doiron. « On est flabergastés; très satisfaits. Il y a quelque chose de spécial qui met en valeur l’église », ajoute M. Cayouette.

Autres projets

D’autres travaux restent à réaliser pour restaurer l’église, dont la réfection des portes et fenêtres. Le coût total est évalué à 320 000 $, et se réalisera en deux phases. Ce sont les fenêtres, qui seront remplacées lors de la deuxième phase, qui représentent la part du lion du projet. La première phase, qui devrait se réaliser au printemps 2018, consistera à remplacer les portes. Le budget de 100 000 $ a été couvert à 75 % par une subvention du Conseil du patrimoine religieux, et à 25 % par la Fabrique.