L’aéroport de Bonaventure fermé pour des travaux

L’aéroport de Bonaventure fermé pour des travaux

Cure de rajeunissement pour la piste de l’Aéroport de Bonaventure.

TRANSPORT. Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec réalisera des travaux sur la piste de l’aéroport de Bonaventure à compter du 21 août.

Les travaux d’asphaltage de la piste devraient prendre une dizaine de jours, mais puisque la pluie pourrait causer des retards, le MTQ prévoit une période de trois semaines pour leur réalisation. « L’entrepreneur dispose de 10 jours pour compléter les travaux. Il devra travailler en continu pour limiter les impacts. En raison de la pluie possible, nous avons prévu une interruption maximale de trois semaines », explique le porte-parole du ministère, Alexandre Bougie.

La réfection de l’asphaltage de la piste vise à s’assurer qu’elle demeure sécuritaire. « La piste est toujours sécuritaire, mais les travaux sont nécessaires en raison de la dégradation du revêtement bitumineux. Une réfection majeure avait été faite entre 2001 et 2004 », explique M. Bougie.

Le transporteur Pascan s’adaptera à la situation en déménageant ses départs et arrivées à l’aéroport de Charlo, au Nouveau-Brunswick, du 21 août au 22 septembre. Il diminuera également son nombre de vols à un par jour afin de minimiser l’impact financier de la fermeture. Ainsi, il y aura un vol le matin en provenance de Québec et de Saint-Hubert et un vol le soir en direction de Québec et de Saint-Hubert, explique la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs. « La CCBDC souhaite que ces travaux aillent rondement et que les services offerts à l’aéroport de Bonaventure puissent reprendre rapidement. Cet arrêt d’activités aura évidemment des conséquences sur le transport des passagers, mais également sur celui des marchandises. Il ne faudrait pas prolonger inutilement l’interruption des services en cette période touristique et de rentrée scolaire », dit-on.

Le coût des travaux est estimé entre 500 000 $ et 1 M$. L’appel d’offres s’est terminé le 13 juillet. Le ministère est propriétaire de 26 aéroports, dont 13 au Nunavik, et de 8 héliports, la plupart dans des régions éloignées ou isolées.