Nouvelles accusations, enquête préliminaire écourtée

Procès de Réal Savoie

Frédéric Durand frederic.durand@tc.tc Publié le 2 septembre 2015

Me Marcel Guérin défend Réal Savoie, suspecté du meurtre de Sonia Raymond survenu le 27 juillet 1996.

©TC Media - Archives

JUSTICE. L’enquête préliminaire du procès de Réal Savoie, qui est accusé du meurtre de Sonia Raymond survenu le 27 juillet 1996, s’est tenue les 31 août et 1er septembre au Palais de justice de New Carlisle.

Cette étape du procès était prévue pour la semaine complète, alors que la Couronne et la défense présentaient leurs témoins et contre-interrogeaient ceux de la partie adverse. Cependant, elle a été écourtée alors que l’avocat de la défense M<V>e<V> Marcel Guérin, a concédé que le dossier était suffisamment étoffé pour se rendre en procès.

De plus, deux nouvelles accusations se sont ajoutées au dossier. En effet, des accusations d’agression sexuelle armée et de séquestration se sont ajoutées à celle de meurtre au premier degré.

Au cours des deux jours d’audiences, sept témoins, principalement des forces de l’ordre, ont été entendus par la Cour. À cause d’une ordonnance de non-publication, il n’est pas possible de parler du contenu des audiences.

L’accusé subira donc un procès devant juge et jury, dont la date devrait être connue le 17 septembre. D’ici là, il a repris la route du centre de détention de Sorel.

Faits

Le 27 juillet 1996, le corps de Sonia Raymond était retrouvé sans vie sur le banc de Maria, à quelques mètres de la route 132. La femme de 32 ans originaire de Causapscal se retrouvait dans la région pour assister à un mariage.

Réal Savoie, originaire de Saint-Omer, a été arrêté le 16 avril 2014 dans la région de Montréal, à la suite d’une opération dite Mr Big, par laquelle des policiers sous couverture tentent d’obtenir des aveux d’un suspect.

En manchette

Des policiers retraités s'opposent à un registre des armes

MONTRÉAL. Le policier retraité du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Marc Brisebois se souvient d’avoir toujours été reconnaissant pour toute information concernant les armes à feu qui apparaissait à son écran lorsqu’il devait aller patrouiller ou intervenir dans une résidence. D'autres policiers sont toutefois d'un tout autre avis.

Nouvelles accusations, enquête préliminaire écourtée

Procès de Réal Savoie

Frédéric Durand frederic.durand@tc.tc Publié le 2 septembre 2015

Me Marcel Guérin défend Réal Savoie, suspecté du meurtre de Sonia Raymond survenu le 27 juillet 1996.

©TC Media - Archives


JUSTICE. L’enquête préliminaire du procès de Réal Savoie, qui est accusé du meurtre de Sonia Raymond survenu le 27 juillet 1996, s’est tenue les 31 août et 1er septembre au Palais de justice de New Carlisle.

Cette étape du procès était prévue pour la semaine complète, alors que la Couronne et la défense présentaient leurs témoins et contre-interrogeaient ceux de la partie adverse. Cependant, elle a été écourtée alors que l’avocat de la défense M<V>e<V> Marcel Guérin, a concédé que le dossier était suffisamment étoffé pour se rendre en procès.

De plus, deux nouvelles accusations se sont ajoutées au dossier. En effet, des accusations d’agression sexuelle armée et de séquestration se sont ajoutées à celle de meurtre au premier degré.

Au cours des deux jours d’audiences, sept témoins, principalement des forces de l’ordre, ont été entendus par la Cour. À cause d’une ordonnance de non-publication, il n’est pas possible de parler du contenu des audiences.

L’accusé subira donc un procès devant juge et jury, dont la date devrait être connue le 17 septembre. D’ici là, il a repris la route du centre de détention de Sorel.

Faits

Le 27 juillet 1996, le corps de Sonia Raymond était retrouvé sans vie sur le banc de Maria, à quelques mètres de la route 132. La femme de 32 ans originaire de Causapscal se retrouvait dans la région pour assister à un mariage.

Réal Savoie, originaire de Saint-Omer, a été arrêté le 16 avril 2014 dans la région de Montréal, à la suite d’une opération dite Mr Big, par laquelle des policiers sous couverture tentent d’obtenir des aveux d’un suspect.