(DOSSIER) Madame Bolduc en tournée au Musée de la Gaspésie!

(DOSSIER) Madame Bolduc en tournée au Musée de la Gaspésie!

Madame Bolduc et sa troupe, 1936. Dans l’ordre, rangée arrière : madame Bolduc, Armand Lacroix, Jean Grimaldi et André Carmel, et rangée avant : Colette Ferrier et Manda Parent.

Crédit photo : Musée de la Gaspésie

Le Musée de la Gaspésie a le grand plaisir de présenter l’exposition Madame Bolduc en tournée dès le 15 juin 2018. Originaire de Newport en Gaspésie, Mary Travers dite La Bolduc est considérée comme la première auteure-compositrice-interprète québécoise.

Deux salles d’exposition vous convient à découvrir cette célèbre chanteuse des années 1930. D’abord, explorez l’univers de ses tournées, un aspect moins connu de sa vie professionnelle. Vous serez émerveillés par les photographies et objets inédits présentés. Puis, plongez dans ses souvenirs grâce à une salle immersive qui retrace les moments marquants de sa vie. L’exposition Madame Bolduc en tournée est à l’affiche du 15 juin 2018 au 31 mars 2019, au Musée de la Gaspésie. Venez turluter avec nous!

Madame Bolduc en tournée

Revivez la fabuleuse épopée des tournées de madame Bolduc, cette Gaspésienne qui a su toucher le coeur des gens. Histoire fascinante, vous découvrirez les coulisses de la vie professionnelle de celle qui a enregistré près de 100 chansons et vendu des milliers de disques. Véritable coup de coeur de la chargée de projet d’exposition Vicky Boulay, vous verrez la bannière promotionnelle de sa première tournée en 1932, entièrement peinte à la main. Vous aurez également la possibilité de contempler ses tenues de scène, ses bijoux, et même ses valises! En parcourant l’exposition, vous aurez l’impression d’accompagner madame Bolduc, de la loge à la scène, en passant par les studios de radio et les divers théâtres.

Madame Bolduc près de sa voiture, à Montréal, vers 1932.

La Bolduc, turlutes du bon vieux temps

Grâce à cette salle immersive produite conjointement par le Musée de la Gaspésie et La boîte interactive, vous vous retrouverez littéralement dans les années 1930! Les événements significatifs de l’histoire de La Bolduc vous sont racontés en son et projection, sans oublier les turlutes et les chansons! Cuisine, salon et même une Ford 1930 s’animent pour vous raconter son quotidien. Irez-vous jusqu’à tenter de turluter?

« Le Musée de la Gaspésie est très fier de présenter cette exposition en hommage à cette grande dame de la chanson! Le public québécois et les voyageurs vont découvrir des aspects méconnus de sa vie ainsi que des photographies et objets qui sont très peu sortis des réserves. De plus, l’exposition comporte un volet multimédia immersif qui promet une expérience formidable » déclare Nathalie Spooner, directrice générale du Musée de la Gaspésie.

Ma vie en tournée… Québec, Ontario, Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Angleterre…

Mary Travers dite La Bolduc fonde sa propre troupe dont elle est la vedette principale : la troupe du Bon Vieux Temps. De 1932 à 1937, ils parcourent des kilomètres de route au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Angleterre. Fait inusité pour l’époque, madame Bolduc organise ses tournées elle-même alors qu’elle doit également remplir son rôle de mère et d’épouse. Dans l’exposition Madame Bolduc en tournée, vous aurez la chance de voir des archives et objets documentant ses grands périples. Caractères d’imprimerie utilisés pour la conception des affiches, oriflammes, lettres envoyées à ses enfants, boîte de cigares transformée en trousse de maquillage, sacoche servant à ranger les recettes de spectacles, certains instruments dont son violon et bien d’autres objets vous attendent!

Cette bannière est réalisée pour la première tournée en 1932. Posée sur le pourtour de la remorque tirée par une automobile, la banderole est à la vue des regards pour attirer le plus de spectateurs aux représentations.

Un succès sans précédent

À chacune des représentations, la troupe fait salle comble! Une représentation dure deux heures et demie et combine drame, sketches comiques, vaudeville et chansons de genre et du folklore. Madame Bolduc sait s’entourer des meilleurs comédiens de l’époque, des figures marquantes de l’âge d’or du burlesque au Québec. Parmi ceux-ci, on compte Jean Grimaldi qui assure aussi le poste de directeur de tournée, Manda Parent, Olivier Guimond père et fils, Rose Ouellet, Simone de Varennes et bien d’autres.

Le succès de madame Bolduc s’explique par ses chansons aux textes imagés qui traduisent les événements de la vie quotidienne, pensons à Ça va venir, découragez-vous pas, J’ai un bouton sur la langue, La bastringue ou Les maringouins. Elle chante pour les siens, les ouvriers, les ménagères, les prolétaires… Bref, les gens qui, en ces jours de crise économique, ont bien besoin de se divertir. L’originalité unique qui la distingue, c’est la turlute, une sonorité musicale produite avec la bouche qui amuse et impressionne. La difficulté d’exécution découragera toutefois les imitateurs!

Madame Bolduc avec son violon, 1932.

Les veillées gaspésiennes

Dans la famille Travers, on chante et on joue de divers instruments. C’est donc dans une ambiance musicale que grandit Mary Travers à Newport. À son arrivée à Montréal, elle reproduit ces veillées gaspésiennes ; amis et famille se retrouvent pour chanter et danser. Un soir, elle remplace le violoneux des Veillées du Bon Vieux Temps au Monument National ; le public l’adopte. Les disques Starr lui donnent alors sa chance. La chanson La cuisinière est un succès et se vend à 10 000 exemplaires! Elle produit ensuite de nombreux disques et fait des passages remarqués à la radio. Elle fait très peu de représentations sur scène, elle accepte toutefois une offre pour chanter à l’occasion d’un grand bal à Lachute, en 1930. Le public chante avec elle et la couvre d’applaudissements. Ce spectacle connaît un tel succès, qu’il propulse madame Bolduc sous les feux de la rampe.

Les grandes tournées

La première tournée de la troupe en 1932, en pleine crise économique, se déroule autour de Montréal. La cinquantaine de représentations remporte un vif succès. Madame Bolduc orchestre ensuite une tournée en Nouvelle-Angleterre et le public franco-américain est au rendez-vous. La troupe y revient à l’automne et présente un nouveau spectacle dans les mêmes salles. En 1935, une tournée estivale en Abitibi et dans le Nord de l’Ontario est réalisée. Cette tournée fait des petits. À l’automne, les voilà de retour avec une nouvelle série de spectacles. Les tournées se poursuivent en 1936 en Nouvelle-Angleterre, en Abitibi et dans le Nord de l’Ontario.

Une femme d’affaires

Madame Bolduc organise ses tournées avec un bon sens des affaires. D’abord, il faut trouver les salles. Dans les grandes villes, les représentations se tiennent dans les théâtres ou les cabarets, mais à l’extérieur de celles-ci, les spectacles se déroulent dans les salles paroissiales ou les sous-sols d’église… et même les églises. Il faut également imprimer les affiches, les circulaires et les livrets de chansons. Madame Bolduc récolte les recettes et divise les gains entre les membres de la troupe, tout en prévoyant une petite réserve pour pallier aux dépenses de la prochaine tournée. Les tournées peuvent durer jusqu’à deux mois, sans revenir à la maison.

Mary Travers dite La Bolduc : un parcours exceptionnel

Rien n’indiquait au départ que Mary Travers serait un jour acclamée par le public, marquerait l’histoire de la chanson au Québec et serait même désignée personnage historique. Retour sur quelques dates mémorables qui ont jalonné son existence.

4 juin 1894 : naissance de Mary Rose Anne Travers à Newport ; ses parents sont Lawrence Travers, d’origine irlandaise et Adéline Cyr, de souche acadienne

1907 : Mary Travers quitte la Gaspésie pour Montréal où elle devient domestique

17 août 1914 : mariage avec Édouard Bolduc, dont elle prend le nom comme le veut la tradition.

1915-1928 : 13 grossesses, dont seulement quatre enfants se rendront à l’âge adulte

1928 : première prestation au Monument National

1929 : enregistrement de 4 chansons avec les disques Starr dont La cuisinière

1929-1932 : enregistrement de 70 chansons

1930 : performance à Lachute

1932 : fondation de la troupe du Bon Vieux Temps et première tournée comptant 50 prestations

1932-1937 : tournées dans divers endroits au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Angleterre

1935 : enregistrement de La Gaspésienne pure laine, à l’occasion du 400e de l’arrivée de Jacques Cartier à Gaspé

25 juin 1937 : accident d’auto à Rimouski ; madame Bolduc subit de graves blessures

1939 : enregistrement de son dernier disque intitulé Les souffrances de mon accident

19 décembre 1940 : dernier spectacle à Saint-Henri

20 février 1941 : La Bolduc s’éteint à 46 ans à l’Institut du radium de Montréal, à la suite d’un cancer.