Le complexe sportif de Paspébiac officiellement inauguré

Le complexe sportif de Paspébiac officiellement inauguré

Le complexe sportif de Paspébiac a été réalisé au coût de 8,135 M$.

Crédit photo : L’Écho de la Baie – Frédéric Durand

INFRASTRUCTURES. La Ville de Paspébiac a officiellement présenté son nouveau complexe sportif, qui a ouvert ses portes au début septembre.

« Le complexe sportif répond aux besoins de la population et des communautés environnantes », a commenté le maire sortant, Paul-Arthur Blais. Construit au coût de 8,135 M$, le complexe sportif a une capacité de 801 places assises. Il permettra aussi la pratique d’autres activités sportives, grâce à la salle multisports qui pourrait accueillir de la zumba, des arts martiaux, ou de l’entraînement hors-glace pour les entraîneurs de hockey ou de patinage, mais aussi des conférences et autres formations.

Pendant la période estivale, une surface multisports qui pourra recouvrir l’arène principale permettra la pratique de différents sports tels le volleyball ou le badminton. « C’est pour ça qu’il a l’appellation de complexe sportif : il pourra servir toute l’année. Ça ouvre de nouvelles possibilités, parce que l’infrastructure répond aux normes de différentes fédérations sportives, ce qui n’est pas le cas d’un gymnase d’école. Nous pourrons accueillir des compétitions de niveau régional », explique Christian Bourque, directeur du service des sports et de la vie active à la Ville.

Pour l’instant, les différentes fonctions n’ont pas encore mené à une utilisation accrue, mais il est encore tôt. « Pour l’instant, nous sommes en rodage, mais nous avons déjà des locations prévues pour des cours de secourisme », souligne M. Bourque. Le complexe recevra la Coupe Desjardins au printemps, et la compétition de patinage artistique Donald-Chiasson en février.

Par contre, même avec un achalandage accru, on ne s’attend pas à atteindre la rentabilité. « Je ne pense pas que ce soit possible avec la population des régions ressources. Ce n’est pas conçu pour être rentable. C’est un service à la population, un atout avec un pouvoir d’attraction pour pouvoir accueillir des nouvelles familles », ajoute Christian Bourque.

Pour maximiser davantage l’utilisation de l’infrastructure, un protocole d’entente a été adopté entre la Ville et la Commission scolaire René-Lévesque pour l’utilisation des plateaux, et des locaux. La CSRL a de tels accords avec plusieurs municipalités, pour l’utilisation de gymnases, bibliothèques, salles de spectacles.