Manque de ressources pour les services psychologiques


Publié le 15 juin 2017

La restructuration des services psychologiques engendrerait plusieurs problèmes au CISSS de la Gaspésie.

©DepositPhotos.com – pressmaster

SANTÉ. L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) a interpellé le conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie sur l’état qu’elle juge alarmant dans le domaine des services psychologiques.

Selon le syndicat, ce sont quatre postes et demi de psychologues qui ont été coupés depuis 2012, soit trois dans Côte-de-Gaspé et un et demi dans la Baie-des-Chaleurs. « Ça a entraîné des listes d’attente anormalement élevées, jusqu’à deux ans et demi dans certains cas, et à de l’épuisement professionnel », souligne la répondante politique de l’APTS, Guylaine Michel, qui a déposé au CA un document exposant des exemples de situations vécues par des patients en détresse psychologique.

Du côté du CISSS, on parle plutôt d’une réorganisation des services psychologiques. « Depuis 2015, nous faisons un redéploiement des services psychologiques vers la première ligne et les groupes de médecine de famille, pour une prise en charge plus complète. On restructure les services pour déployer une offre plus complète et diminuer les listes d’attente », indique la PDG adjointe, Connie Jacques.

L’APTS n’accepte cependant pas les explications du CISSS. « Ce qui est difficile à avaler, c’est que nous avons une interprétation complètement différente de la situation, parce que les postes sont clairement disparus. C’est difficile, parce que des gens qui ont besoin des services d’un psychologue sont référés à des travailleurs sociaux, qui se sentent dépassés, parce que ce n’est pas le même travail », ajoute Mme Michel.

Prise de court avec l’intervention du syndicat, la direction du CISSS prévoit revenir à la réunion du CA de septembre avec des chiffres pour étayer sa position. Il devrait toutefois y avoir une ouverture de poste prochainement pour la Côte-de-Gaspé, et l’organisation peine à combler un poste déjà ouvert en Haute-Gaspésie. Selon les chiffres de l’APTS, il y a actuellement huit psychologues dans la Baie-des-Chaleurs, deux dans Rocher-Percé, un en Haute-Gaspésie et quatre dans Côte-de-Gaspé.